zondag 8 januari 2012

Frans gekweel (2006)

Je t'embrasse.
Ah mon coeur, il se casse.
C'est toujours la même chose
La même question que tu me poses.
Le même repond que je te donne.
Tu entends les matines, ils sonnent.
Mais tu n'entend pas
mon coeur qui bat.
Tu es un peu comme un égoïste,
un peu parreseux et pessimiste.
Tu me regardes avec tes grands yeux
et moi je me sens malheureux
parce que je vois ma réflexion
et pas du feu ou de la passion.
Le ciel n'a pa d'étoiles ce soir.
C'est bizarre tout est en noir.
La lune se cache, je ne sais pas où.
Eh bien, je m'en fou.
J'en ai marre, c'est le goute.
Excuse-moi, sans doute.
C'est dur, oui c'est la vie
mais je ne peux pas vivre comme ceci.
Toujours les mêmes habitudes.
Tes réponses sont très rudes.
Je reste calme, j'ai de la patience.
Toi et moi, il ya un petit nuance.
Aprèt tout ceci, oui je t'aime.
C'est encore possible, quand même.
Quand je te vois je me sens impitoyable.
Je n'ai pas de force de résister, tu es incroyable.
Quand je t'appelle mon ange, mon chou
tu crois certainement que je suis fou.
Je te vois mourir un peu chaque fois.
Le temps passe vite, il ya déjà passé un mois.
Je change, mais pas mes sensibilités pour toi.
Dis donc, il ya quelque chose, mais quoi?
Tu ne le veux vraiment pas dire?
Je me pose la question: Où est ton petit sourire?
Je suis là pour toi en tes difficultés,
tes problèmes, je suis la oui.
As pas peur de moi, je ne suis pas dangereux!
J'ai pitié de toi, je suis sérieux!
Eh mon coeur bat tout le temps,
mais ce soir il es quitté pour un moment.
Les fleurs ne poussent plus.
Le soleil se trouve au dessus.
Le brouillard se déclare en face de moi.
Tu te sens grand, tu te sens le roi.
Moi, je me sens ton esclave.
Je dois te défendre tout le temps, c'est grave.
Est-ce que je peux encore ma vie?
Tu veux m'explorer, je suis ton encyclopédie.
Mail il n'y a rien à explorer mon cheri.
Tu es vraiment un putain, tu m'as dis.
Et où sont les mots mots, les mémoires?
Je dois les chercher tout seul dans le noir?
Et où sont tes sensibilités? Tu n'as pas!
Tout tourne à toi et tes gars.
Mais est-ce que je peux vivre encore?
Ou est-ce que te veux que je dors?
Que je dors nuit après nuit
sans me lever, sans un sourire.
Tu me frappes dans mon visage, je sens le sang.
Tu prends ton revolver qui fait BANG BANG!
Une balle dans ton coeur, dans l'amour.
Une cicatrice pour toujours.

Geen opmerkingen:

Een reactie plaatsen